Dégustation Nicolas Ferrari - Domaine Ferrari - Irancy

le 5 juillet 2018

Un très grand MERCI à Nicolas FERRARI pour l’enthousiasmante dégustation du 5 juillet dernier durant laquelle il a partagé avec nous non seulement ses vins, mais également sa passion fortement communicative pour ses beaux terroirs d’IRANCY, appartenant au vignoble de l’Auxerrois dans l’Yonne, au nord de la Bourgogne.

Même si on peut dater les premières traces de vin à Irancy en l’an 861, l’appellation Village – qui produit exclusivement des vins rouges - est très jeune puisque créée il y a tout juste 20 ans, en 1998 en remplacement de l’AOC régionale Bourgogne-Irancy. Cette année, les vignerons de l’appellation menés par Christophe Ferrari (le père de Nicolas), ont lancé le dossier de classement en Premier Cru de 9 Climats (répartis sur 5 secteurs de l’appellation), dont 3 que nous avons eu la chance de déguster avec Nicolas.

L’histoire du Domaine FERRARI est elle-même récente puisqu’elle démarre lors des vendanges de 1981, lorsque Christophe FERRARI tombe amoureux du noble métier de vigneron. Le temps de terminer ses études et en 1987, il s’installe à IRANCY comme jeune viticulteur. N’ayant pu bénéficier d’un héritage familial, il reprend 2 petites exploitations vieillissantes et travaille progressivement sur 14 Ha de vignes à IRANCY et à CHABLIS. Quand la question de transmission commence à se poser, ses 2 fils, James et Nicolas décident de le rejoindre sur le Domaine en 2011 et 2012. Chacun a son territoire bien défini : James s’occupe des vignes qui sont menées en « biologique-raisonné » et n’ont vu aucun désherbant depuis 2003. Nicolas fait les vins d’abord avec son père puis depuis 2015 en solo avec évidemment les conseils de Christophe, si besoin. En 2013, ils sont choisis pour reprendre les vignes d’un vigneron d’Irancy partant à la retraite portant ainsi le domaine de 14 à 26 Ha (dont 95% en fermage). Depuis, ils ont gagné en 2017 le concours des Jeunes Talents de Bourgogne pour le vignoble du grand Auxerrois et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin !

Nicolas a souhaité démarrer la dégustation avec :

❣  le seul blanc du programme, son Chablis 2017 au très haut niveau de « buvabilité ». Mis en bouteille fin mars, il est déjà formidablement prêt à boire avec une belle souplesse et ampleur en bouche comme si la nature avait voulu se racheter de 2016 (et de ses tous petits volumes résultant de la combinaison des aléas climatiques) en permettant au millésime 2017 d’être prêt de façon très précoce. 👍

Puis nous avons embrayé sur les rouges et démarré une dégustation « horizontale » - permettant de bien percevoir les identités de chaque terroir - sur le millésime 2015, qui en plus d’être un millésime classé comme exceptionnel en Bourgogne, est le premier millésime de complète autonomie des frères Ferrari sur le Domaine familial.

Nicolas nous a fait déguster sur 2015 :

❣  Son Irancy Village, issu de plusieurs parcelles situées un peu partout sur l’appellation et assemblées par identité de maturité. C’est la carte de visite du Domaine avec un esprit « Irancy » très fort, du caractère et un bel équilibre entre la finesse des tannins et la fraicheur des fruits noirs. 👍

❣  Son Irancy « Les Mazelots », un des Climats les plus grands en surface et les plus connus d’Irancy, faisant partis des 9 candidats à la certification en 1er Cru.  Les Mazelots du Domaine sont issus d’une parcelle reprise en 2013, située dans la partie haute du coteau, idéalement exposée sud/sud-ouest, avec un sol à tendance argileuse et une exposition très forte au vents dominants apportant de la fraîcheur. Des conditions optimales pour le vin, qui se révèle très séduisant et étonnamment prêt à boire sur 2015 avec des tannins extrêmement soyeux, de puissants arômes de cerise noire et des très belles notes épicées poivrées. Magnifique ! 😍🍷

❣  Nous avons changé l’ordre de dégustation initialement prévu afin de mettre en parallèle dans nos verres son Irancy « Le Paradis », autre candidat à la certification en 1er Cru, issu de parcelles situées à quelques centaines de mètre des Mazelots, mais sur une exposition et un micro-climat totalement opposé : un micro-vallon, caché des vents dominants… une fournaise (un enfer ?) dans les années chaudes ! Assemblage 95% Pinot Noir et 5% César (cépage remontant à l’époque romaine issu du croisement naturel du Pinot Noir et de l’Argant autorisé dans les assemblages du Grand Auxerrois dans la limite de 10%) . Une identité totalement différente, plus concentrée avec une belle structure, une grande profondeur et une longueur en bouche très prononcées. Déjà joli sur 2015 mais manifestement à une fraction de son potentiel. Il va falloir l’attendre un peu plus pour qu’il prenne toute sa valeur (puissance, intensité, complexité). Un grand vin en gestation… 😍

❣  Puis Son Irancy « Les Bergères », 3e candidat au classement en 1er Cru, issu d’une parcelle située sur un sol calcaire qui, en créant un stress hydrique sur les vignes, produit des vins concentrés avec une très belle minéralité, mariant puissance et finesse. Un vin généreux à la belle structure qui demande encore quelques années pour révéler tout son potentiel. 😍

❣  Et enfin son Irancy « Plein Sud » sur son tout premier millésime !
« Plein Sud » a été créé par Nicolas à partir d'un assemblage des meilleures parcelles du Domaine exclusivement exposées au sud.  Au moment des grosses épreuves climatiques de 2016, Nicolas n’avait pas fini ses assemblages du millésime 2015. Anticipant les difficultés à venir, il décide d’isoler 3 parcelles exposées au sud « Les Cailles », «Croix Rouge » et « Les Grands Côtes », de les assembler et de les élever en fût de la même manière que ses parcellaires.  Le résultat étant remarquable, la cuvée s’est imposée par sa qualité et a été reconduite en 2016 et en 2017, sur une sélection progressivement plus large de parcelles. La sélection se base sur la maturité et la concentration des parcelles exposées plein sud, regroupant de fait une variété de sols qui reflète la diversité des terroirs d’Irancy et apporte beaucoup d’équilibre à la cuvée, dont nous sommes très fans. 😍🍷

❣  En finale surprise, Nicolas nous a ouvert, à nouveau, les portes de son très beau « Paradis » sur le millésime 2008 réalisé par son père, magnifiquement épanoui, plein de vie et d'élégance... Illustrant encore plus clairement, avec le travail du temps, la qualité de 1er Cru revendiquée cette année 😍🍷😍🍷

Beaucoup de très bonnes nouvelles en conclusion de cette très jolie dégustation :

  • Cette plongée dans une appellation et des climats plus confidentiels, qui sont en train de trouver une nouvelle reconnaissance fort méritée, illustre pleinement que la qualité en Bourgogne ne se limite pas aux 2 côtes les plus connues.
  • Le rapport qualité/prix exceptionnel des vins du Domaine est à souligner, sachant que pour le moment l’essentiel de la production reste commercialisé en France. ❤️❤️❤️
  • Le vignoble du Grand Auxerrois, tout à fait au nord de la Bourgogne, est en fait très près de Paris... et nous vous encourageons donc vivement à aller rencontrer Nicolas et James au Domaine ! En prenant RV bien sûr !
  • Si vous n’avez pas le temps de faire le déplacement, vous pouvez commander leurs vins à la CAVE des CLIMATS ou aller les déguster au Restaurant Les CLIMATS 😉
  • Il ne faudra pas manquer notre dégustation annuelle des jeunes Talents de Bourgogne en mars 2019 présentant la promotion 2018 (élue en novembre prochain). Il y a fort à parier que l’on y retrouve les frères FERRARI pour une 2e année consécutive 🤞🍀

Merci encore à Nicolas pour ce tout à fait passionnant moment de dégustation ! 👏

#degustation #voscavistespreferes #lesclimatsdeparis #dreamteamlesclimats #cestquedubonheur

 

Dégustation Alexandre Brault - Domaine Alex Gambal - Beaune

A la CAVE des Climats, le 21 juin 2018

Un très grand MERCI à Alexandre Brault pour la dégustation incroyablement riche de jeudi dernier autour d’une sélection de cuvées marquant des étapes clés de l’histoire singulière du Domaine et de la Maison Alex Gambal.

Cette histoire démarre par la création, à la fin des années 90, d’une petite Maison de négoce lancée par l’américain Alex Gambal, « tombé en amour » avec la Bourgogne presque par accident et décidant de s’y installer pour de bon en lançant la Maison Alex Gambal.

Un des tous premiers vins vinifiés par Alex en 1999 est le Saint-Aubin 1er Cru « Les Murgers des Dents de Chien », devenu une des cuvées emblématiques de la Maison Alex Gambal, un grand chardonnay minéral, travaillé sur la finesse plus que sur l’opulence, issu d’une parcelle située juste au-dessus du Grand Cru Chevalier Montrachet, vendangées par les équipes d’Alex sans discontinuer depuis 1999. (Le nom très imagé de ce climat vient de la roche qui affleure le sol et forme des crocs ressemblant à des dents de chien…).

Alexandre nous l’a fait déguster sur le très beau millésime 2014, tout en finesse, en fraicheur et en minéralité. 😍

Rapidement la Maison de Négoce s’est imposée par la qualité des cuvées liées à la qualité des achats menés, et par l’attention fine portée à toutes les étapes de la vinification. A partir de 2005, Alex a commencé l’acquisition progressive de vignes en propre afin de maitriser tous les aspects de la viticulture.

La rencontre d’Alex Gambal avec Alexandre Brault s’est faite dans ce cadre.

Alexandre, spécialisé dans le financement de Domaines viticoles en Bourgogne a conseillé Alex dans toutes les étapes de l’expansion du Domaine à partir de 2011 et a finalement décidé de quitter l’univers de la finance pour plonger dans sa passion et s’associer avec Alex en 2014, année charnière s’il en est puisque la surface du Domaine est passée de 4 à 12 ha cette année-là avec notamment l’acquisition du Domaine Christophe Buisson à Saint-Romain.

Depuis, Alexandre a repris la gérance complète de la Maison et du Domaine Alex Gambal et travaille sur une vingtaine d’ha et une trentaine d’appellations - 60% en Blanc et 40% en Rouge - Alex étant reparti développer de nouveaux projets aux Etats-Unis.

Alexandre, nous a fait déguster :

❣ Son crémant, « les bulles d’Alex », un très joli blanc de Blancs (85% chardonnay et 15% Aligoté), à la bulle fine avec une belle complexité aromatique apportée notamment par le passage en fût

❣ Ses Saint-Romain rouge et blanc 2015, premier millésime vinifié par Alexandre et son équipe suite au rachat du Domaine Buisson en 2014. De très jolis fruits et une fraicheur exceptionnelle pour ce très beau millésime à la floraison précoce et à l’été très chaud et sec. Nous sommes particulièrement fans 😍

❣ Son Nuits-Saint-George 1er Cru « Clos des Argillières » 2015, également premier millésime vinifié par le Domaine suite à son rachat en 2014. (Parcelle conduite en bio et en biodynamie). Mention spéciale pour la belle élégance de la bouche très équilibrée et fraîche et les tanins soyeux.

❣ Son Charmes-Chambertin Grand Cru 2015, produit par la Maison de Négoce sur un contrat d’achat de raisin initié en 2013, vinifié en 2015 avec 50% de grappes entières. Un nez intense et une bouche toute en finesse avec une très belle longueur. A garder évidemment longtemps dans sa cave même si les 2015 sont particulièrement séduisants.

❣ Son Saint-Aubin 1er Cru « Les Murgers des Dents de Chien » 2014 (sus-mentionné au début de ce beaucoup trop long post FB), dont nous sommes particulièrement fans 😍😍😍

❣ Son Puligny-Montrachet « Les Enseignères » 2014 (faisant partie avec le Batard-Montrachet des vignes rachetées en 2011), issu d’une parcelle située juste en-dessous du Grand cru Bienvenues-Bâtard-Montrachet, d’un style épuré, long et persistant avec une belle fraicheur.

❣ Son Bâtard-Montrachet Grand Cru, première parcelle de ce Gd Cru cédée à un « étranger » en 2011, dégusté jeudi sur le très très beau millésime 2014, à la fois frais et puissant, persistant et minéral, avec une très belle finale. A garder en cave encore quelques années afin de lui laisser le temps de développer tout son potentiel.

❣ Puis nous sommes passés aux très très belles surprises nous permettant une descente en piqué dans les millésimes avec un magnifique Chassagne-Montrachet 1er Cru «La Maltroye» 2007, 1er millésime vinifié par la Maison Alex Gambal avant de racheter la parcelle en 2008, et un Corton Charlemagne Grand cru sur le très beau millésime 2002 au nez complexe et aux saveurs intenses. Avec cette finale exceptionnelle, toutes les langues se sont déliées au même moment, et il a été très difficile de maintenir le calme dans l’assistance 😉

Bon, la mauvaise nouvelle est qu’à aujourd’hui, entre 70 et 75% de la production du Domaine et de la Maison Alex Gambal est happée par l’export. 👎🤨

La bonne nouvelle, est que sur la petite partie qui reste en France, nous avons la grande chance d’être très bien servis et vous pouvez donc trouver une large sélection des vins d’Alexandre à la CAVE des CLIMATS et au Restaurant Les CLIMATS 👍😉🤩

Merci encore à Alexandre pour ce très riche moment de dégustation ! 👏

PS : Nous trouvons également important de souligner que les 12 ha du Domaine sont menés en culture biologique depuis 2011, toutes les vignes rachetées après cette date étant déjà conduites en bio.